Logo Bathyscaphe

Déconfinons...
L'inspiration !

« Rien ne se créé, tout se transforme » Lavoisier

Tels des alchimistes, les créatifs s’imprègnent de leur environnement pour créer de nouveaux concepts. Qu’ils soient directeurs artistiques, motion-designers, vidéastes, concepteur-rédacteurs, …

Tous tirent généralement leur inspiration de leur curiosité, mêlant et ajustant des concepts issus d’univers variés.

La création est un doux mélange de culture et de curiosité parsemé de contraintes. Le créatif mélange sa culture à celle de son métier ou de ses découvertes issues de secteurs variés, pour trouver une réponse totalement adaptée aux enjeux qui lui sont donnés.

Et sans évoquer en détail le contexte que nous ne connaissons tous que trop bien, certains événements récents ont poussé les créatifs dans leurs retranchements. N’ayant accès aux lieux de culture, aux voyages ou même à la sociabilisation, comment continuer de s’inspirer quotidiennement et satisfaire ses envies de curiosités ?

Nous vous proposons quelques pistes pour devenir l’alchimiste de ses communications, en déconfinant son inspiration.

Extraire les éléments novateurs des laboratoires d’idées

Pour créer de nouveaux concepts stables, utiles et pérennes, les créatifs restent constamment en éveil sur leur métier. Ainsi, ils construisent chacun leur propre culture graphique, glanant çà et là quelques usages et systèmes formulés par d’autres esprits curieux. C’est grâce aux milliers d’idées parcourues qu’ils conçoivent la formule idéale de chaque projet.

En parcourant les travaux d’une maison d’édition, un directeur artistique peut enrichir sa manière de réfléchir au rubricage, de mettre en valeur un document grâce à des finitions millimétrées, … Quand un photographe y recherchera des idées de compositions, ou qu’un concepteur rédacteur y dénichera des formulations percutantes et de nouvelles idées sortant de l’ordinaire… Les créatifs naissent et se nourrissent donc d’un réseau d’inspirations, s’influençant les uns les autres pour créer les tendances que nous tous verront demain.

Ils forment un laboratoire en perpétuel mouvement qui n’a su se rompre avec les confinements successifs, car au contraire, tous ont davantage publié et échangé sur les réseaux sociaux spécialisés comme Behance, profitant de ces agrégations d’inspirations mondiales. Certaines revues et abonnements se spécialisent même sur cette propension des créatifs à toujours chercher de nouvelles inspirations, proposant des formules de magazines, sélections de films, de publicités, … adaptés à leurs affections.

L’inspiration n’est le plus souvent qu’une réminiscence.
Napoléon Bonaparte

Tester des formules provenant d’univers lointains

Mais pour inventer de nouvelles formules (et le physicien Newton ne dira pas le contraire), il faut s’inspirer d’autres univers et aussi être attentifs à celui qui fait notre quotidien. Parfois des concepts naissent d’une simple pomme tombant d’un arbre, et d’autres émergent de la fusion de sciences lointaines (Léonard de Vinci et la biologie).

Il vaut mieux ne pas trop chercher à savoir d’où vient l’inspiration, sinon on devient systématique.
Roland Topor

Avec un œil curieux et l’expérience de son métier, le créatif puise dans ce qui l’entoure pour relever ses propres défis. Ouvrir son esprit à d’autres univers lui permet de dépasser ses propres conceptions, de challenger sa façon de travailler pour toujours pouvoir proposer quelque chose de nouveau.

Aussi, chercher toujours de nouvelles sources d’inspiration permet d’élargir son champ de vision. Et aujourd’hui tout est possible. Expositions virtuelles, podcasts, librairies spécialistes (ou non), bibliothèques, plateformes digitales, moocs, conférences, … Ne nous empêchent d’apprendre et de découvrir que nos propres limitations !

Pour créer l’émulsion qui réussira à s’exprimer au sein d’un secteur normé

Mais cette ouverture et cette curiosité ne suffisent pas aux créatifs pour devenir communicants. Car à la différence de l’art, la communication possède une différence non négligeable :
Elle doit être immédiatement comprise par sa cible.

Et c’est également là que l’inspiration ne peut agir sans l’expérience et la connaissance.

La communication est une science difficile. Ce n’est pas une science exacte. Ça s’apprend et ça se cultive.
Jean-Luc Lagardère

En pratiquant un benchmark sur le secteur et les codes qui le régissent, en s’inspirant des informations qu’il glane sur ses cibles, en échangeant avec les clients sur les modalités et l’écosystème de communication déjà en place, cumulé à ses sources d’inspiration, le créatif saura donner une pâte à l’entreprise et à ses messages : Un concept stable, propre à son environnement, mais novateur.

Le travail du créatif comme initiateur de nouveaux systèmes est de décloisonner la problématique client, en cherchant de nouvelles idées et en se laissant la capacité d’étonner par de nouveaux concepts.

L’intérêt de la culture « agence », c’est surtout la réunion d’inspirations variées, qui permet de toujours pouvoir répondre différemment à des problématiques similaires, pour créer des concepts sur mesures.